Définition


L’impartition, terme relatif aux Québécois que l’on désigne comme l’externalisation dans le reste de la francophonie peut simplement se résumer comme le fait de sous-traiter certains travaux . Selon Wikipédia : «Le transfert de tout ou partie d'une fonction d'une organisation (entreprise ou administration) vers un partenaire externe. Elle consiste très souvent en la sous-traitance des activités jugées non-essentielles et non stratégiques : pour une entreprise, il s'agit de celles qui sont les moins productrices de revenus. Il s'agit d'un outil de gestion stratégique qui se traduit par la restructuration d’une entreprise au sein de sa sphère d’activités : ses compétences de base et son cœur de métier.»


1.1 : Les services visés : Les services impartis se divisent deux catégories. D’une part, l’impartition horizontale correspondant à la sous-traitance de l’infrastructure informatique qui comprend les services TI comme la gestion des serveurs, des télécommunications du centre de données. L’impartition verticale correspondant à la sous-traitance d’applications spécifiques de certains modules opérationnels comme la planification des ressources de l’entreprise ou la gestion des relations avec la clientèle, l’impartition de certains processus d’affaires, la plate forme web et le cloud computing. L’impartition verticale comprend aussi le courant récent du green IT ou certaines firmes se spécialisent dans la diminution de l’impact des TI sur l’environnement.


1.2 : Contrat d’impartition : La durée moyenne des contrats oscille entre 5 et 6 ans, pour un montant moyen de 189 millions, selon le rapport de Gartner sur l’impartition. Une dizaine d’ententes de plus de un milliard ont été conclues au cours de l’année 2008. 70 % des contrats concernent, les services de l’infrastructure TI, des applications et des réseaux.


1.3 : Processus clés : Les processus clés pour réussir l’impartition
  1. Institutionnaliser l’impartition
  2. Aligner les services impartis avec la stratégie d’affaire
  3. Définir les attentes en termes de bénéfices d’affaires avant d’impartir
  4. Étudier les avantages et inconvénients entre les services ou solution personnalisés et préfabriqués.
  5. Sélectionner le modèle de livraison (offshore, nearshore, utility et so on) en fonction des buts recherchés.
  6. Définir le type de relation que l’on veut établir avec l’impartiteur afin d’obtenir des bénéfices mutuels.
  7. Négocier des ententes où les deux partis sont gagnants.
  8. Compter sur un réseau de fournisseur.
  9. Développer et appliquer une gestion centrée sur les contrats.
  10. Développer une confiance mutuelle des deux cotés afin d’optimiser la relation impartiteur/imparti.